Question sur la faune

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interpellation d’une habitante

Bonjour,
j’ai lu votre article dans le dernier magazine de la ville de Courbevoie et j’ai pu noter votre mail. Aussi je me permets de vous adresser un mail, qui concerne un autre sujet qui est celui de l’attention portée à la faune et sa diversité.
Cela fait une dizaine d’années que je vis au Square Regnault et suite aux travaux qui ont été faits pour rénover le square avec l’abattage de la majorité des arbres, j’ai pu noter qu’aucune disposition n’avait été prise pour la faune notamment les pigeons. Je suis consciente qu’il est interdit de les nourrir puisque les municipalités sont à priori chargés d’assurer en partie leur alimentation afin de veiller au contrôle de la reproduction toutefois il est peu agréable de constater que ces pigeons sont affamés en particulier cet hiver. Par ailleurs j’ai pu noter que la diversité des oiseaux ne cessent de diminuer sur le square, les palombes peinent à trouver de quoi se nourrir également et sont le plus souvent au sol bien que ce soient des oiseaux qui normalement sont plus sur des arbustes, et leur nombre diminue…quand au pie, il me semble qu’il en reste une que l’on peut voir de façon très occasionnelle…pourriez-vous m’indiquer ce qu’il est possible de faire pour améliorer cette situation, car travaillant sur la ville voisine à Puteaux, j’ai pu constater que les oiseaux et pigeons notamment avaient une bien plus belle allure qu’il est facile de percevoir d’autant que j’ai quelques connaissances en biologie.
La ville de Courbevoie présente déjà assez peu d’espaces verts, il serait peut être intéressant de veiller à la faune, du moins me semble-t-il et une faune de belle allure est toujours source d’énergies plus positives et participe à une qualité de cadre de vie harmonieuse tant pour les oiseaux que pour les humains.
Bien cordialement,
La réponse

Chère Madame,

Merci de votre message, bravo pour votre observation attentive de la faune de notre ville et votre souci de la biodiversité.
Le groupe EELV Courbevoie et notre conseillère municipale Mme Ghizlaine Guessous partagent vos inquiétudes, qui sont d’ailleurs bien documentées, hélas : les passereaux se raréfient en France. D’après la fédération France Nature Environnement, en 30 ans 421 millions d’oiseaux manquent à l’appel, et un documentaire « le silence des oiseaux » que vous avez peut etre vu illustre ce phénomène inquiétant.
92 espèces d’oiseaux nicheurs sont classées menacées en France, d’après
On incrimine généralement la chute des populations des petits oiseaux aux facteurs suivants :
– Pratiques agricoles, emploi des pesticides (beaucoup de passereaux sont insectivores, alors s’il n’y a plus d’insectes à manger…)
– Destruction ou dégradation de l’habitat de ces oiseaux, de leur biotope (notamment régression des prairies naturelles)
– Bâtiments «  trop neufs » et trop bien entretenus en ville, les moineaux nichant par exemple dans les trous des murs… A la campagne la transformation des granges agricoles en maisons ou garages fermés empêchent la nidification des hirondelles.
– tontes précoces des bas cotés des routes, choix d’essences d’arbres ou d’arbustes inadaptées.
– Pression immobilière notamment dans nos villes en région parisienne qui fait disparaitre les friches, les terrains vagues, toutes zones utiles aux petits oiseaux.
– Prédation par des animaux domestiques ou retournés à l’état semi sauvage notamment chats
– Collision contre les vitres ou les véhicules
– Pollution lumineuse en ville
– et hélas chasse dans quelques régions de France (notamment palombes en profitant de leur migration mais aussi braconnage de petits oiseaux aux filets ou pièges à glue)
Il n’est pas exclu non plus que la pollution atmosphérique ambiante et ou la pollution de l’eau ne les intoxique ou affaiblisse leur système immunitaire.
C’est vrai qu’on n’observe pas facilement une grande variété d’oiseaux à Courbevoie. Même le petit moineau voit ses populations sévèrement touchées.
Les hirondelles se font très rares aussi.
Notre ville est maintenant en « zéro phyto » (les jardiniers municipaux n’utilisent plus de produits phytosanitaires susceptibles de nuire aux insectes et donc aux oiseaux insectivores). Des nichoirs à mésanges sont installés dans certains jardins, par exemple au jardin partagé des Fauvelles où l’un d’eux est « habité » cette année à la grande joie des usagers du jardin.
En revanche les corvidés accentuent leur présence en ville, ainsi que les pies. Les transformations de la campagne les ont poussé vers les villes. Il arrive que les pies consomment les poussins des passereaux, mais c’est très minoritaire dans leur régime et cela ne justifie en aucun cas leur chasse. Et les pies s’autorégulent en ville (faute de territoire, les couples ne se reproduisent pas). On remarque facilement les pies en ville et cela a justement masqué leur déclin vertigineux à la campagne.
(rubrique « effectifs et tendances »)
Les pies restent bien présentes dans certains quartiers de Courbevoie, notamment au Faubourg de l’Arche. Ainsi que les pigeons ramiers (ou palombes). Le fait que vous voyiez souvent ces derniers au sol n’est pas nécessairement inquiétant : en effet le pigeon ramier peut s’alimenter au sol par picorage des pelouses
A Courbevoie Joelle Paris, conseillère municipale EELV jusqu’en 2016, a fait plusieurs interventions pour la réduction de la pollution lumineuse et une baisse de l’éclairage public la nuit, contre un marché public à une société « 3D » dont les prestations incluaient l’abattage de pigeons de ville, pour la création d’autres pigeonniers à Courbevoie (le maire a promis de le faire et n’a pas tenu sa promesse à ce jour ! ) et contre l’abattage des pigeons (préférant les pigeonniers contraceptifs).
Notre ville pourrait accentuer ses efforts pour fournir « gite et couvert » aux passereaux et faire des parcs des endroits accueillant pour eux. Il existe un programme « refuge LPO » de la Ligue pour la Protection des Oiseaux que vous pouvez adapter dans votre jardin ou sur votre balcon si vous en avez un.
Puisque les pigeons des villes vous intéressent, nous vous mettons en PJ ce rapport très intéressant (mais qui date déjà de 2011) sur le pigeon des villes suite à une réunion qui s’est tenue au Sénat.
Suite à votre message, Ghizlaine Guessous propose de poser une question spécifique lors du prochain conseil municipal afin de réclamer le statut de « refuge LPO » pour les parcs et jardins municipaux.
En espérant que votre réponse vous apportera des éléments utiles, et à votre entière disposition pour tout échange sur la question de la biodiversité en ville. Restons en contact !

Information complémentaire du 7 octobre 2017 :
En complément de votre alerte et de notre réponse en mai dernier au sujet de la biodiversité en danger à Courbevoie et notamment des oiseaux, nous pensons utile de vous informer que comme vous l’aviez déjà remarqué, une étude du centre ornithologique d’ile de france (CORIF) et de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) vient de mettre en évidence la réalité de la baisse de la population de moineaux en ville.
Voici le lien sur l’article de l’agence régionale pour la biodiversité Natureparif :
Nous pensons qu’il vous intéressera.
Notre groupe Europe Ecologie les Verts de Courbevoie se tient à votre disposition pour vous rencontrer et discuter de ce que je pourrai en tant qu’élue proposer en conseil municipal pour protéger les oiseaux.
Bien cordialement
Groupe Europe Ecologie Les Verts de Courbevoie
Ghizlaine Guessous
Conseillère Municipale EELV
Tél : 06 62 85 16 01.

Remonter

UA-41406998-1