À la Une

  1. Enquête publique Tour Alto

    L’enquête publique sur le permis de construire de la Tour Alto se tient actuellement en mairie de Courbevoie, du 2 septembre au vendredi 4 octobre. Un commissaire enquêteur y tiendra quelques permanences. Vous pouvez y consulter les cartes et le dossier d’étude d’impact de cette tour de bureaux de 40 étages et 150 m de haut située entre les secteurs 1, 2 et 3 de la Défense, et surtout écrire vos remarques ou questions sur le registre d’enquête publique, qui doit être mis à disposition. …

    Lire la suite
  2. L’air qu’on respire

    Le Parisien Edition des Hauts de Seine fait état dans ses colonnes de la décision de l’agence AIRPARIF pour la qualité de l’air de ne pas diffuser le bilan annuel du 92. Cette décision fait suite à celle, très controversée, de la majorité UMP du Conseil général de ne plus verser de subventions à AIRPARIF. Une façon comme une autre de couper les moyens d’alerte de santé publique. …

    Lire la suite

Actualité

  1. Communiqué

    Le groupe Europe Ecologie Les Verts de Courbevoie a décidé de prendre toute son autonomie et ne fait plus partie du groupe municipal « Tous pour Courbevoie ». Ghizlaine Guessous sort du groupe mais demeure conseillère municipale EELV de Courbevoie. Il s’agit pour nous de faire avancer l’écologie politique dans notre ville. Pour autant nous continuons à partager les mêmes valeurs sociales et humanistes que les élu-e-s du groupe Tous Pour Courbevoie et continuerons à travailler ensemble pour les Courbevoisiens.
     

     

    Lire la suite
  2. Velib’ à Courbevoie? Pas si sûr !

    Alors qu’en avril 2016 le Parisien annonçait l’arrivée des velibs à Courbevoie, avec 18 stations prévues pour 2017, quelle ne fut pas notre surprise et notre déception d’entendre le maire en personne émettre un sérieux bémol sur le projet, lundi 12 décembre, en conseil municipal.

    En réponse à la question de Ghizlaine Guessous, conseillère municipale EELV, portant sur les mesures prises au niveau local pour réduire la pollution atmosphérique, le maire a répondu que l’installation des stations velib’ à Courbevoie était toujours au stade de « réflexion », que rien n’était encore décidé, notamment pour des raisons de coût.

    La lutte contre la pollution atmosphérique, dont les conséquences en terme de santé publique sont très lourdes, passe par la réduction de la circulation automobile et par la volonté politique de favoriser les circulations actives non polluantes. Le vélo a toute sa place à Courbevoie. Encore faut-il aménager en conséquence l’espace urbain et ne pas freiner l’installation de stations Vélib’.

    Notre groupe EELV Courbevoie réclame un calendrier de mise en place de ces stations Velib’. Vélib’ est déjà disponible chez nos voisins de 1ere couronne (Neuilly, Levallois, Puteaux…) et Courbevoie doit saisir l’opportunité de son extension prochaine à 56 villes de la métropole du grand Paris.

    Lire la suite
  3. EELV demande la mise en œuvre de l’encadrement des loyers dans les Hauts-de-Seine

    Communiqué de presse _ 2 septembre 2014

     

    Face à la crise du logement, les villes des Hauts-de Seine ont aussi besoin d’une régulation de leurs loyers.

    La menace qui pèse sur l’encadrement des loyers, qui ne devrait plus être qu’« expérimenté » à Paris avant une généralisation hypothétique au reste des agglomérations, est profondément inquiétante et pourrait préfigurer un abandon du dispositif. Pour les écologistes du 92, cette remise en cause de la loi ALUR est inacceptable.

    Paris n’est pas la seule ville de France à avoir besoin d’une régulation de ses loyers.

    EELV 92 souhaite que les habitants des 36 communes des Hauts-de-Seine puissent également bénéficier de l’encadrement des loyers.

    Ce dispositif doit permettre de réguler localement les loyers et de les rapprocher des capacités financières réelles de habitants, tout en préservant la rentabilité des investisseurs.

    La Loi ALUR réintroduit de la régulation à l’intérieur du marché du logement et donne aux collectivités les moyens d’agir pour endiguer la hausse sans fin des loyers, notamment grâce à un meilleur accès aux informations.

    EELV92 demande que les maires des Hauts-de-Seine se portent volontaires pour expérimenter l’encadrement des loyers prévus par la loi Alur dans le respect de l’engagement 22 de François Hollande.

    Contact presse :

    Catherine Candelier, porte-parole EELV 92, conseillère municipale de Sèvres

    Loïc Le Naour, porte-parole EELV 92, conseiller municipal de Meudon

     

    http://hautsdeseine.eelv.fr/

    Lire la suite

Mobilisations

  1. L’air qu’on respire

    Le Parisien Edition des Hauts de Seine fait état dans ses colonnes de la décision de l’agence AIRPARIF pour la qualité de l’air de ne pas diffuser le bilan annuel du 92. Cette décision fait suite à celle, très controversée, de la majorité UMP du Conseil général de ne plus verser de subventions à AIRPARIF. Une façon comme une autre de couper les moyens d’alerte de santé publique.

    Pour prendre conscience des nécessaires évolutions, comme la réduction du trafic automobile par exemple, il faut disposer d’indicateurs fiables. En cela l’action d’AIRPARIF est primordiale, d’utilité publique et doit être soutenue  à ce titre par les collectivités. Mais le département des Hauts de Seine a quelques années voire décennies de retard sur la prise de conscience et préfère élargir la RD7 tout en « cassant le thermomètre » AIRPARIF…

    Avec le report aux calendes de la taxe diesel par le gouvernement PS, tout concoure hélas à laisser mourir prématurément des milliers de personnes exposées quotidiennement en ville aux effets toxiques des particules fines. L’exception française n’est pas toujours bonne à respirer…

    Lire la brève du Parisien ici sur le site du journal

    © Le Parisien

    Le 92 privé de son bilan sur la qualité de l’air

    Airparif, l’association de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France, avait prévenu. Hier, elle n’a pas publié le bilan annuel du département, comme elle l’a fait pour le reste de l’Ile-de-France. Une réponse à l’arrêt brutal, en décembre dernier, du versement de subventions par le conseil général des Hauts-de-Seine. « Nous continuons à fournir aux habitants l’information quotidienne, les risques de pic de pollution, etc. Mais ce type de bilan annuel demande un travail considérable et des moyens. Moyens dont le conseil général des Hauts- de-Seine nous a privés », regrette-t-on chez Airparif.

    Lire la suite
  2. 3 Conseillers généraux du 92 débattent sur l’avenir du quartier de la Défense

    Mercredi 5 juin, trois conseillers généraux du 92 ont invité les habitants de la Défense à venir débattre de l’avenir du quartier d’affaire. Patrick Jarry, Jean-André Lasserre et Vincent Gazeilles avaient déjà rédigé ensemble la tribune suivante :

    Pour un Grand Paris solidaire et durable, une (R)évolution à La Défense est primordiale !

    La réunion a attiré plus d’une centaine de personnes dans la brasserie « Les Feuillantines* » située à la Défense 1, dans le quartier des Damiers, métro Esplanade.

    • Patrick Jarry, Conseiller général (Groupe Communiste et Citoyen), Maire de Nanterre et administrateur de l’Epadesa et Defacto,

    • Jean-André Lasserre, Conseiller général (PS) et conseiller municipal de Courbevoie, administrateur de Defacto

    • et Vincent Gazeilles, seul Conseiller général EELV du 92, conseiller municipal de Clamart,

    ont échangé avec le public sur la situation actuelle du quartier d’affaires, ses problèmes de financement et de gouvernance et son évolution souhaitable. Au delà des nuances de vision, les 3 conseillers s’accordent à dénoncer la « fuite en avant » du mécanisme obsolète qui régit le quartier (seuls les droits à construire forment les recettes nécessaires à l’entretien des infrastructures), sur la nécessité d’humaniser la Défense et déplorent la lenteur de la prise de conscience, voire la paralysie des autorités face au « monstre » La Défense.

    Le public pointe majoritairement, au gré des témoignage, le désintérêt voir le mépris des autorités compétentes pour les 20 000 habitants de la dalle, la dégradation des conditions de transports et du cadre de vie.

    debat-avenir-defense3Les interventions de Vincent Gazeilles ont porté sur le bilan négatif en terme de développement durable et de qualité de vie du choix de la densité extrême, d’une concentration se traduisant par une congestion généralisée des déplacements, des choix historiques d’aménagement non profitables aux habitants. Vincent Gazeilles a aussi pointé le caractère énergétivore des tours tertiaires de grande hauteur et déploré la persistance d’un modèle économique et urbain révolu.

    Jean-André Lasserre a rappelé l’absence coupable de provisionnement des frais d’entretiens et de maintenance de la Défense pendant 50 ans ! La crise et l’évolution de la demande conduit l’Epadasa dans une impasse : les droits à construire sont bradés, les projets surestimés, le projet global manque de pertinence car l’aménagement ne se fait qu’en réaction aux opportunités. Il a dénoncé le déficit démocratique du quartier et appelle le gouvernement à ne pas en rester là.

    Patrick Jarry a évoqué le caractère capitaliste fondateur de ce quartier et le zonage d’emblée inéquitable entre le secteur prestigieux de la dalle et ses tours se dressant telle une ile, et le secteur défavorisé de l’arrière cour cumulant les handicaps urbains car supportant les infrastructures et des logements nécessaires au bon fonctionnement de la dalle. Maintenant, « repenser la Défense » est incontournable, et cela passera par les 6 communes qui entourent ce quartier : Non seulement Courbevoie et Puteaux mais aussi Nanterre, Suresnes, Neuilly et la Garenne Colombes.

    Parmi les habitants de Puteaux, Courbevoie et Nanterre présents, Christophe Grébert, Conseiller municipal Modem de Puteaux et opposant à la dynastie des Ceccaldi, a réaffirmé que l’avenir de la Défense ne passerait pas par les équipes « rabougries » des municipalités actuelles de Puteaux et Courbevoie.

    En conclusion, l’avenir de la Défense passe par le développement de l’originalité initiale de ce quartier d’affaires, qui en fait aussi sa richesse : la place des habitants, ces habitants que la gouvernance actuelle considère toujours, hélas, comme des anomalies… Une réorganisation s’impose, qui implique que les communes qui ont bénéficié sans contreparties des retombées économiques du quartier d’affaires depuis sa création contribuent maintenant aux dépenses d’entretien. Cette responsabilité financière sera logiquement partagée par les propriétaires des 72 tours de bureaux du quartier : le développement économique a aussi été permis par les infrastructures… payées par les contribuables.

    Plus qu’une skyline singeant tant bien que mal un modèle révolu, symbole mortifère de la financiarisation du monde, la nouvelle Défense sera démocratique, transparente, solidaire.

    Lire aussi en ligne les articles sur le même thème sur les blogs de :

    Une autre ambition pour Courbevoie (avec extraits video du débat)

    Vincent Gazeilles

    Monputeaux.com (Christophe Grébert)

     

    * Les Feuillantines, lieu emblématique s’il en est puisque ce restaurant, pour n’avoir pas accepté les conditions d’expropriation, fait l’objet de pressions inadmissibles de la part de l’Epadesa depuis plus de deux ans. Les participants à la réunion ont pu s’indigner in situ de la palissade opaque de 2 mètres qui bouche totalement la vue sur la Seine – l’un des attraits de la terrasse des Feuillantines. Cette palissade a été posée en avril 2012 lors des opérations de désamiantage des Damiers Infra. La palissade qui arrête l’amiante… presque aussi fort que la frontière qui arrête le nuage de Tchernobyl ! C’est aussi et toujours ça la France… Malgré la fin du chantier de désamiantage, la palissade posée par l’Epadesa reste en place…

     

    Lire la suite

Communiqués

  1. Communiqué

    Le groupe Europe Ecologie Les Verts de Courbevoie a décidé de prendre toute son autonomie et ne fait plus partie du groupe municipal « Tous pour Courbevoie ». Ghizlaine Guessous sort du groupe mais demeure conseillère municipale EELV de Courbevoie. Il s’agit pour nous de faire avancer l’écologie politique dans notre ville. Pour autant nous continuons à partager les mêmes valeurs sociales et humanistes que les élu-e-s du groupe Tous Pour Courbevoie et continuerons à travailler ensemble pour les Courbevoisiens.
     

     

    Lire la suite
  2. EELV demande la mise en œuvre de l’encadrement des loyers dans les Hauts-de-Seine

    Communiqué de presse _ 2 septembre 2014

     

    Face à la crise du logement, les villes des Hauts-de Seine ont aussi besoin d’une régulation de leurs loyers.

    La menace qui pèse sur l’encadrement des loyers, qui ne devrait plus être qu’« expérimenté » à Paris avant une généralisation hypothétique au reste des agglomérations, est profondément inquiétante et pourrait préfigurer un abandon du dispositif. Pour les écologistes du 92, cette remise en cause de la loi ALUR est inacceptable.

    Paris n’est pas la seule ville de France à avoir besoin d’une régulation de ses loyers.

    EELV 92 souhaite que les habitants des 36 communes des Hauts-de-Seine puissent également bénéficier de l’encadrement des loyers.

    Ce dispositif doit permettre de réguler localement les loyers et de les rapprocher des capacités financières réelles de habitants, tout en préservant la rentabilité des investisseurs.

    La Loi ALUR réintroduit de la régulation à l’intérieur du marché du logement et donne aux collectivités les moyens d’agir pour endiguer la hausse sans fin des loyers, notamment grâce à un meilleur accès aux informations.

    EELV92 demande que les maires des Hauts-de-Seine se portent volontaires pour expérimenter l’encadrement des loyers prévus par la loi Alur dans le respect de l’engagement 22 de François Hollande.

    Contact presse :

    Catherine Candelier, porte-parole EELV 92, conseillère municipale de Sèvres

    Loïc Le Naour, porte-parole EELV 92, conseiller municipal de Meudon

     

    http://hautsdeseine.eelv.fr/

    Lire la suite

Remonter

UA-41406998-1